Arrtons la nouvelle tulipomanie

Commentaren

Transcriptie

Arrtons la nouvelle tulipomanie
Arrêtons la nouvelle tulipomanie !
Appel urgent pour un Glass-Steagall global
Par Karel Vereycken, fondateur d’Agora Erasmus
« Le mardi 3 février 1637, après quatorze ans de marché haussier, la bulle des tulipes éclate après qu’un vendeur eut échoué à trouver acheteur
pour un lot offert à 1400 florins. La semaine suivante, les prix dévissent dans toute la Hollande. Il se crée une situation chaotique et les
intermédiaires se disputent sur la validité des contrats. Assez rapidement, il s’avère que la plupart des fleuristes ont vendu des tulipes qu’ils ne
possèdent pas à des acheteurs incapables de les payer… »
Contrairement aux ânes, nos rois, princes et ministres n’ont rien appris de l’histoire ! Avec l’abrogation en 1999 de la loi
Glass-Steagall de Franklin Roosevelt, ils ont consenti à la (con)fusion totale entre, d’une part, des banques commerciales
(émettrices de crédit sur la base de dépôts et d’épargne) et d’autre part, des banques d’affaires engagées dans des
spéculations de plus en plus sophistiquées à très haut risque (trading, titrisations, dérivés, etc.). Ainsi, les spéculateurs
peuvent directement parier avec l’épargne et les dépôts des citoyens et des entreprises dans ce qu’on appelle désormais une
« économie de casino ».
Comme nous le savons tous, au casino on finit par tout perdre. C’est ce qui vient de se produire pour la majorité des
grandes banques du monde ! Pour dissimuler leur faillite, elles ont pris nos gouvernements en otage et tentent de faire
payer la facture aux simples citoyens à coup de règles d’or, économies draconiennes dans la santé, l’éducation, de gel des
investissements dans l’infrastructure, une réduction des subsides et des aides au monde associatif, aux plus démunis, aux
banques alimentaires. Comme dans les années trente, un fascisme financier apparaît : que ce soit en Grèce, ou ailleurs, des
« hommes en noirs », véritables liquidateurs judiciaires, viennent vendre nos peuples et nos pays au plus offrant pour sauver
des sangsues !
Cependant, de la même façon que tout l’or de l’Amérique et le duc d’Albe ne sauvèrent guère l’Espagne de la faillite, la
totalité des avoirs de nos Etats n’est que de la petite monnaie en comparaison avec les millions de milliards de produits
dérivés et de titres synthétiques dont la valeur est proche de zéro. Pour démasquer cette fiction bancaire, Hans
Hoogervorst, président de l’International Accounting Standards Board (IASB) a constaté que la plupart des banques
européennes n’ont pas assez provisionné leurs titres grecs. Soulignons qu’en réalité, il ne s’agit pas de la Grèce, de
l’Espagne, du Portugal ou de l’Irlande, mais entre autres, d’ABN AMRO, Société Générale, Dexia, Deutsche Bank, BNPParibas-Fortis, ING et Santander. Ont-elles été mieux gérées que les pays pointés du doigt ? N’ont-elles pas falsifié
leurs bilans en surévaluant des titres sans valeur et en cachant les milliards d’actifs toxiques auxquelles elles s’accrochent
quitte à détruire leur propre système ?
Cette crise n’est donc pas une crise financière mais une crise politique. Nous sonnons aujourd’hui le tocsin : seul un retour
immédiat à la version originale de la loi Glass-Steagall peut protéger les intérêts des Etats et des citoyens contre les risques
insensés des spéculateurs. En Belgique, en Angleterre, en Suisse et aux Pays-Bas, des élus de tout bord reprennent notre
revendication. Aux Etats-Unis, la députée démocrate Marcy Kaptur dispose déjà de 45 co-sponsors pour un projet de loi
visant à rétablir le Glass-Steagall Act qu’Obama sabote. De pair avec cette réforme, une procédure de faillite ordonnée des
banques permettra de passer l’immense montagne de dette-poison par pertes et profits et libérera du crédit productif pour
les entreprises, le commerce, l’infrastructure, l’industrie, l’agriculture et la recherche.
Rejoignez-nous ! Signez sans tarder l’appel d’Helga Zepp-LaRouche sur notre site Agora-Erasmus.be
Contact : [email protected]
Editeur responsable : T. Convent, 02 736 84 57 / SVP , NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE
Stop de nieuwe Tulpenmanie!
Dringende oproep voor een wereldwijde Glass-Steagall
Door Karel Vereycken, stichter Agora Erasmus
“Op dinsdagavond 3 februari 1637, na 14 jaar steeds hogere winsten, stortte in Haarlem de tulpenmanie of windhandel abrupt in,
toen een verkoper bleef zitten met een partij tulpen die hij voor 1400 gulden had aangeboden. De week daarop kelderden overal in
Holland de prijzen. Er ontstond een chaotische situatie met veel onenigheid onder handelaren over de geldigheid van de afgesloten
contracten. Al snel bleek, dat de meeste floristen tulpen die ze niet bezaten, hadden doorverkocht aan kopers die ze niet konden
betalen.”
Hebben onze regeringen niets geleerd van de geschiedenis? Blijkbaar niet! Met de afschaffing van Franklin
Roosevelt’s “Glass-Steagall” regulering in 1999 hebben regeringen de fusie toegelaten tussen normale nutsbanken
enerzijds (krediet op basis van deposito’s en spaarrekeningen) en risicovolle speculatieve zakenbanken (trading
van effecten, derivaten, enz.) anderzijds. Aldus, kunnen speculanten en traders gokken met het spaar- en
pensioengeld van burgers en de bankrekeningen van ondernemingen in wat men nu terecht een zeer lucratieve
“casino economie” noemt. Maar gokkers kunnen zwaar verliezen. Dat is wat er is gebeurt met de meeste
grootbanken. Die hebben onze regeringen gegijzeld en de rekening van hun fiasco aan de gewone burgers
doorverkocht. Zware besparingen, de afbouw van de openbare gezondheidssector, onderwijs, cultuur en zelfs
subsidies voor verenigingen, bibliotheken en zwembaden, de ganse inboedel wordt verkocht om de bloedzuigers
te doen overleven.
Maar evengoed, als al het goud van Amerika en de bloedraad van Alva niets kon doen om het faillissement van
Spanje te voorkomen, is de totale som van alle staatskassen ter wereld alleen maar kleingeld in vergelijking met de
miljoenen miljarden van financiële derivaten en kunstmatige effecten die nu volledig waardeloos zijn. Begin
september, in een brief aan de Europese financiële toezichthouder, schreef Hans Hoogervorst, de voorzitter van
de onafhankelijke International Accounting Standards Board (IASB) dat de meeste Europese banken niet
voldoende afgeschreven hebben op de uitstaande Griekse schulden… In werkelijkheid gaat het niet over
Griekenland, Spanje of Ierland, maar over, onder andere, ABN AMRO, Société Générale, Dexia, Deutsche Bank,
BNP-Paribas-Fortis, ING of Santander. Die zijn veel slechter beheerd dan de meest foutieve landen!
De crisis is dus niet financieel, maar politiek. De internationale beweging van Lyndon LaRouche luidt de
noodklok: alleen een onmiddellijke en volledige terugkeer naar de originele Glass-Steagall wetgeving kan de
belangen van de gewone burgers beschermen tegen de ongehoorde risico’s van speculanten. Een eerste stap in de
richting van een splitsing tussen nuts- en zakenbanken werd in Nederland aanbevolen onder de vorm van “ringfencing” door de Commissie De Wit (2010), een aanbeveling die steun vond bij de Consumentenbond.
Tegelijkertijd, via een supplementaire faillissementsprocedure voor banken gaat waardeloos schuldpapier volgens
deze criteria voorgoed de vuilbak in en komt er terug krediet vrij voor ondernemingen, handel, infrastructuur,
industrie, landbouw en Research & Development.
Teken onmiddellijk onze petitie op ons webstek: www.agora-erasmus.be
Contact : [email protected]
Verantw. Uitgever : T. Convent : 02 736 84 57 / NIET OP DE WEG GOOING AUB !

Vergelijkbare documenten

Gelons la spculation, pas les salaires

Gelons la spculation, pas les salaires revendication. Aux Etats-Unis, la députée démocrate Marcy Kaptur dispose déjà de 45 co-sponsors pour un projet de loi visant à rétablir le Glass-Steagall Act qu’Obama sabote. De pair avec cette réf...

Nadere informatie

Réforme bancaire ? Pourquoi il faut rejeter la loi de

Réforme bancaire ? Pourquoi il faut rejeter la loi de revendication. Aux Etats-Unis, la députée démocrate Marcy Kaptur dispose déjà de 45 co-sponsors pour un projet de loi visant à rétablir le Glass-Steagall Act qu’Obama sabote. De pair avec cette réf...

Nadere informatie